Jeu de rôles en géographie : les élèves répondent à un appel à contribution du Grand Paris

Juliette Benelli

Enseignante d’Histoire-géographie, élèves de Première ES au LPO Romain Rolland, Goussainville (95 – Académie de Versailles)

INTRODUCTION

Pour le Clic 2019, je suis revenue sur une activité menée avec mes Premières ES et j’avais envie de de les faire témoigner de leur expérience. Le compte-rendu est donc divisé en deux parties : la synthèse de ma pratique et les témoignages des élèves sur leur propre expérience, qui sont également venus en parler en personne. 

De manière générale, et c’est un des grands axes de ma pratique en pédagogie inversée, j’aime mettre mes élèves en activité et/ou sur le terrain, notamment ici lors du chapitre sur les territoires de proximité en géographie, que je fais en général vers janvier/ février. C’est également un chapitre où l’on pratique l’oral. Et souvent pour cela j’organise des jeux de rôles. 

MISE EN OEUVRE

Ainsi, cette année, les élèves étaient en autonomie pour répondre à un « vrai » appel à projet. Le Forum du Grand Paris a lancé en janvier une consultation internationale sur les routes du Futur Grand Paris. Toute personne, association, société ou groupe de recherche pouvait postuler et proposer quatre pages de présentation de son projet à partir de 4 questions (mobilités, pollutions, financement, intégration dans le territoire urbain). J’ai donc proposé ce jeu de rôles à mes élèves, le « cahier d’acteurs » devant se transformer en présentation PPT de 6 à 8 diapositives, répondant à 3 questions (j’avais retiré le financement). Ils étaient divisés en 5 groupes de 6 élèves : 4 sociétés/associations de leur choix et le groupe des maires imitant le jury évaluateur des projets. Les 6 maires choisissaient une ville du Grand Paris. Pendant 2 heures, les groupes réfléchissaient à leur proposition à partir du choix de société fait. Nous avions ainsi une société de BTP, une autre de construction de routes, une association de protection de l’environnement, un groupe politique issu de la majorité. Les maires avaient choisi différentes villes de différentes tailles et situées sur tout le territoire francilien (Paris, Rambouillet, Melun, Pontault-Combault, Montmorency et Coulommiers). 

Chaque groupe réfléchissait aux solutions en fonction des enjeux de l’aménagement du territoire vus dans le premier chapitre, en construisant son diaporama pour la présentation finale. Pendant ce temps les maires allaient de projet en projet pour faire valoir leurs désirs pour leur propre territoire, après avoir fait des recherches sur les problématiques de leur municipalité. Ils étaient les éléments perturbateurs des réflexions des groupes afin que tous voient les tensions existantes entre acteurs dans l’aménagement du territoire.

Finalement les passages à l’oral ont été évalués pour tous grâce à Plickers qui permet de faire des sondages après que les élèves ont proposé les indicateurs à observer pour la notation. J’ai construit le questionnaire selon leurs propositions : articulation, dynamisme de la présentation, tenue, langage non-verbal, niveau de langue, fluidité… Il était clair lorsqu’ils ont établi les critères de l’évaluation qu’ils connaissaient les codes de l’oralité. 

Chaque groupe a donc proposé ses solutions à l’aménagement des routes du Grand Paris. Les idées proposées étaient très surprenantes et les élèves ont su se saisir des possibilités données par les innovations récentes sur les transports et les mobilités ainsi que des enjeux sociaux, économiques et environnementaux des déplacements en Ile De France. Dans ce type d’activité où les élèves endossent un rôle, ils sont beaucoup plus engagés. Selon moi, cette expérience a permis aux élèves de concrétiser les concepts très théoriques vus dans les leçons. Et c’est ce qu’ils disent à leur tour.

CONCLUSION

Pour l’intervention lors du Clic, deux élèves sont venus témoigner de leur expérience lors de cette activité et plus généralement de leur expérience en pédagogie inversée cette année. Dans l’appel à projet du Grand Paris, Kevin avait imaginé avec son groupe une société de construction de routes, filiale de Vinci « Paroute » et Kenza était maire de Coulommiers. Pour leur témoignage ci-dessous, je leur ai demandé de répondre à cette question : en quoi le jeu de rôles sur les Routes du Grand Paris m’a permis de mieux comprendre les enjeux de l’aménagement du territoire en Ile De France ? Voici leur réponse. 

Kevin : « Le jeux de rôle sur les routes du Grand Paris nous a permis d’illustrer et mieux comprendre les notions évoquées en cours, notamment celle d’aménagement du territoire en Ile-De-France. Nous avons vu qui pouvaient être les différents acteurs d’un projet de telle envergure, qu’ils soient publics (les communes, la région) ou privés (les sociétés vendant les matériaux ou encore les investisseurs). Nous avons pu déterminer le rôle de chaque acteur et l’importance d’innover pour s’imposer face à la concurrence, le tout dans un cadre ludique. Cependant, même si le travail en groupe permet un plus large éventail d’idée, il est impossible de garantir l’assiduité et l’investissement de chaque membre, rendant le travail plus difficile dans certain cas. »

Et celui de Kenza : « Durant mon année d’étude en première ES, en histoire-géographie, avec ma classe nous avons pu traiter des sujets de cours sous différentes formes. Mme Benelli a fait preuve d’imagination ce qui m’a permis de comprendre les enjeux d’un thème de façon originale : par exemple avec l’aide de problématiques concernant la place du Grand Paris et l’aménagement de l’Île de France pour un appel à contribution associé à des jeux de rôles. Cela m’a permis de comprendre des notions et le cours en entier en travaillant comme maire d’une ville. Par l’intermédiaire d’activité de ce type, j’ai mieux assimilé mes leçons, car c’est très ludique. En nous mettant à la place d’acteurs comme des entreprises ou des maires, j’ai pu cibler les problèmes concrets auxquels ils sont confrontés. Et par la pédagogie du jeu de rôle et de pratiques différentes, on a pu résoudre les problèmes rencontrés. De plus, toutes les notions du cours ont été vues dans cette activité. Un travail de groupe a également été sollicité pour former les équipes : la classe a également servi de jury pour évaluer l’oral avec l’application Plickers. Ainsi, au-delà de l’enseignement théorique, cette méthode utilisée par Mme Benelli m’a été très bénéfique dans la compréhension de mes cours, grâce à l’alliance de pratique, pédagogie et d’éléments ludiques. » 

Le cadre proposé au début de l’activité, assez formel, permettait une grande liberté d’exécution pour les élèves une fois admises les « règles du jeu ». C’est ce que j’essaie de faire à chaque nouvelle activité imaginée et proposée en classe : poser un fil rouge clair sur ce qui est attendu en termes d’engagement de la part des élèves et de résultats. A partir de là, les élèves sont autonomes et donc très acteurs de leurs apprentissages, ce qui je crois fonctionne. A confirmer avec eux !

Me retrouver :
Mail : jubnli@gmail.com et juliette.benelli@ac-versailles.com

Ces contenus restent la propriété de leurs auteurs. Nous vous remercions de respecter la licence creative commons ci-dessous ( citation des auteurs, pas de modification des contenus, pas d’utilisation à des fins commerciales). Nous serions heureux que, ces interventions ayant eu lieu dans le cadre du CLIC 2019, celui-ci soit également cité. Merci à tous de votre compréhension. 

Pour toute question, précisions, commentaire.. n’hésitez pas à nous contacter : contact@inversonslaclasse.fr

Jeu de rôles en géographie : les élèves répondent à un appel à contribution du Grand Paris
Tagged on:     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *