La classe inversée de Mary Tsadi, enseignante pour décrocheurs

Mary Tsadi, enseignante en sciences dans un lycée pour élèves décrocheurs (Etats-Unis)

Mary Tsadi est une enseignante en sciences dans un lycée spécialisé pour élèves décrocheurs au Texas. Elle dispose d’un assistant qui peut l’aider pendant ses cours. Elle enseigne à ce public difficile depuis 5 ans, et a inverse sa classe pendant l’hiver 2012.

Ses élèves:
Les élèves de Mary sont majoritairement adultes ou avec des parents démissionnaires. Ils ont souvent un ou des enfants en bas âge ou un petit boulot. Pour beaucoup, l’anglais n’est pas leur langue maternelle. Ils décident de revenir a l’école pour tenter de décrocher leur « diplôme »* du secondaire. Les élèves peuvent s’inscrire ou se désinscrire a tout moment pendant l’année, ce qui fait que la classe de Mary peut compter de 3 a 18 élèves selon les jours.

Avant la classe inversée :
Avant d’inverser sa classe, Mary utilisait ses 100 minutes de cours de la manière suivante : après cinq minutes d’introduction, elle faisait un cours sur le sujet du jour, de 30 a 40 minutes. Elle donnait a ses élèves des feuilles a remplir car leur demander de prendre des notes ne fonctionnait pas du tout. Elle les faisait ensuite travailler sur des questions similaires a celles de l’examen, seuls ou en groupe. La dernière demi-heure était consacrée a des activités.

Le problème :
Mary n’était pas satisfaite du taux de réussite de ses élèves (40 a 50%). Elle remarquait qu’ils avaient du mal a apprendre et a comprendre de cette manière. Elle passait beaucoup de temps sur ses présentations PowerPoint, essayant d’y intégrer des animation élaborées parce que c’était a priori ce a quoi ses élèves répondaient le mieux.
Mary estimait qu’elle n’avait pas assez de temps pour repondre a toutes les questions de ses eleves durant les activites, pour faire realiser les experiences par les eleves eux-memes au lieu de simplement les leur montrer, ou encore pour aller en profondeur lorsqu’elle faisait travailler ses eleves sur des projets plus globaux.

La classe inversée de Mary :
Apres une formation sur la classe inversee a laquelle son proviseur lui avait demande d’assister, Mary a décidé de repenser ses cours de la manière suivante :
– transferer sur video la partie du cours contenant les bases et le vocabulaire essentiel
– inclure dans les activites ce que les eleves pouvaient deduire ou mettre en pratique par eux-memes.

Mary met ses vidéos sur Facebook, sur son site, et elle les grave sur DVD pour les élèves qui n’ont pas accès a internet. La plupart de ses élèves ont en effet soit accès a internet, soit a un lecteur DVD (en tant que tel, ou par la Xbox ou la Playstation). Pour ceux qui n’ont ni l’un ni l’autre, des ordinateurs sont disponibles au lycée pour les élèves. Mary envoie un SMS a ses élèves la veille du cours pour leur rappeler la vidéo qu’ils ont a regarder.

En début de cours, Mary commence par répondre aux questions des élèves. Elle leur donne ensuite un questionnaire très simple, soit par écrit, soit en utilisant des boitiers interactifs, pour vérifier l’acquisition du vocabulaire (et le visionnage des vidéos). Les élèves qui répondent correctement passent ensuite aux activités : souvent un projet, par exemple un modèle tridimensionnel a construire en petits groupes. Une fois le modèle construit, les élèves passent de groupe en groupe et se posent des questions mutuellement. Ces projets sont notes a l’aide d’une grille d’évaluation comprenant des critères précis (utilisation du vocabulaire, application de tel concept,…).

Le cours s’achève sur des questions similaires a celles de l’examen pour vérifier l’acquisition des concepts par les élèves.

Les élèves qui n’ont pas su répondre au test initial ne participent pas aux activités de groupes et ont des devoirs alternatifs a faire en classe, sur lesquels ils travaillent a l’aide de manuels. D’après Mary, les quelques élèves qui ne realisent pas ce travail preparatoire de visionnage des videos s’y mettent en trois sessions tout au plus, motives par l’attrait des activites de groupe qu’ils manquent s’ils ne le font pas.

Quels résultats ?
Mary n’a jamais eu autant d’élèves qui revenaient la voir pour lui dire qu’ils avaient compris, qu’ils étaient capables d’aider leurs frères et sœurs a l’école, qu’ils avaient reconnu tel mot dans les medias,..

Les quatre années précédant l’inversion de sa classe, Mary avait en moyenne un taux de réussite de 40 a 50% parmi ses élèves à l’examen, ce qui était déjà énorme pour un public aussi difficile. Depuis qu’elle a inverse sa classe, Mary a fait passer les tests a deux cohortes d’élèves. Le taux de réussite s’est situe a chaque fois entre 80 et 90%.

 

edit : en avril 2015, Mary a rapporté un taux de succès de 100%

La conclusion de Mary
La classe inversée est très loin de se résumer aux vidéos. Au contraire, la clef de l’inversion réside selon elle dans la manière dont l’enseignant utilise son temps de classe. Pour elle, la classe inversée permet d’enseigner aux élèves à penser de manière critique et à résoudre des problèmes, une compétence cruciale dans la vie active.

Les conseils de Mary
Commencer petit, par inverser un sujet, celui contenant vos meilleures activités (par la leçon préférée !), puis un deuxième,… et ne pas vouloir être parfait des le début.

*les test standardises non gouvernementaux ACT ou SAT, qui sanctionnent la fin du secondaire et sont très souvent requis pour l’entrée a l’université par exemple.

 

compte rendu de l’entretien réalisé le 1er aout 2013