Témoignages d’enseignants

La classe inversée, témoignages d’enseignants

Un nombre toujours croissant d’enseignants se lance dans la pratique de la classe inversée. Ici sont répertoriés les témoignages de certains d’entre eux, représentant différentes matières, différents niveaux scolaires, et différents environnements sociaux.
Ces situations réelles peuvent permettre à chacun de se construire une opinion de la classe inversée et donner des idées à ceux qui souhaitent la mettre en oeuvre.

Si vous avez essayé la classe inversée et souhaitez faire partager votre expérience, contactez-nous!

 

Sébastien Franc, enseignant en anglais en lycée (France)
00 :07 : Présentez-vous
01 :12 : Quel type d’élèves avez-vous ?
02 :20 : Comment se déroulait un cours typiquement avant d’inverser votre classe ?
03 :40 : Est-ce que vous donniez des devoirs à faire à la maison ?
04 :56 : A quoi ressemble un cours en classe inversée ?
07 :04 : Tous vos élèves ont-ils accès à l’ENT ?
07 :41 : Quel travail en amont du cours demandez-vous ?
08 :47 : Tous les élèves font-ils le travail demandé ?
09 :41 : Comment avez-vous introduit votre classe inversée ?
10 :57 : Quels sont les points cruciaux qui ont changé dans votre pratique ?
12 :01 : Avez-vous eu des difficultés ?
13 :56 : Quel type de réaction avez-vous eu de la part des élèves?
15 :07 : Quel type de réaction avez-vous eu de la part de vos collègues ?
16 : 53 : Quelle(s) réaction(s) avez-vous eu de votre hiérarchie ?
19 :11 : Que vous apporte l’inversion de votre classe en tant qu’enseignant ?
23 :48 : Quel(s) conseil(s) vous donneriez à quelqu’un qui souhaite à inverser sa classe ?
25 :59 : Pour vous quels sont les désavantages de la classe inversée ?
29 :01 : Quels sont pour vous les avantages de la classe inversée ?
31 :28 : Quels sont les changements que vous prévoyez d'apporter à votre classe inversée ?
32:49 : Comment définiriez-vous la classe inverse ?
33:30 : Quelque chose à ajouter ?
Marie Soulié, enseignante en lettre moderne en collège (France)
00:07 Présentez-vous
01:12 Comment se déroulait un cours typiquement avant d’inverser votre classe ?
03:40 Est-ce que vous donniez des devoirs à faire à la maison ?
04:56 A quoi ressemble un cours en classe inversée ?
07:00 (Un exemple de capsule)
08:07 (le déroulement de la séance en classe)
10:50 (le positionnement par rapport à la démarche)
14:50 (que faire pour les élèves sans accès internet ?)
17:50 Est ce que tous vos élèves regardent les vidéos ?
20:09 Est-ce que vous avez rencontré des écueils dans la mise en place de la classe inversée ?
21 :03 (le travail de groupe)
22:10 (la gestion de classe)
22:26 Comment vous assurez-vous que tous les élèves travaillent dans le groupe ?
26:15 Comment est choisi le rapporteur pour le groupe ?
27:37 Avez-vous introduit le concept de la classe inversée à vos élèves
28:12 (les capsules sont personnelles)
29:02 Quels outils utilisez-vous et combien de temps cela vous prend-il ?
30:19 Quelle a été la réaction des parents ?
31:34 Quelle a été la réaction de vos collègues ?
35:30 Voyez-vous des désavantages à la classe inversée ?
36 :39 Quelque chose à ajouter ?

Logann Vince, enseignant en éducation musicale au collège (France)

Sophie Ariès, enseignante en sciences de la vie et de la terre en zone rurale périurbaine en collège (France)

son site web

David Bouchillon enseignant en histoire-géographie en zone rurale périurbaine en collège (France)

Pamela Litzenberger, enseignante en mathématiques en collège (Etats-Unis)

Troy Faulkner, enseignant en mathématiques en lycée et dans le supérieur utilisant l'instruction par les pairs (Etats-Unis)

Dena Leggett, enseignante en chimie en lycée (Etats-Unis)

Comptes-rendus d’entretien

Mary Tsadi, enseignante en sciences dans un lycée pour élèves décrocheurs (Etats-Unis)

Mary Tsadi est une enseignante en sciences dans un lycée spécialisé pour élèves décrocheurs au Texas. Elle dispose d’un assistant qui peut l’aider pendant ses cours. Elle enseigne à ce public difficile depuis 5 ans, et a inverse sa classe pendant l’hiver 2012.

Ses élèves:
Les élèves de Mary sont majoritairement adultes ou avec des parents démissionnaires. Ils ont souvent un ou des enfants en bas âge ou un petit boulot. Pour beaucoup, l’anglais n’est pas leur langue maternelle. Ils décident de revenir a l’école pour tenter de décrocher leur « diplôme »* du secondaire. Les élèves peuvent s’inscrire ou se désinscrire a tout moment pendant l’année, ce qui fait que la classe de Mary peut compter de 3 a 18 élèves selon les jours.

Avant la classe inversée :
Avant d’inverser sa classe, Mary utilisait ses 100 minutes de cours de la manière suivante : après cinq minutes d’introduction, elle faisait un cours sur le sujet du jour, de 30 a 40 minutes. Elle donnait a ses élèves des feuilles a remplir car leur demander de prendre des notes ne fonctionnait pas du tout. Elle les faisait ensuite travailler sur des questions similaires a celles de l’examen, seuls ou en groupe. La dernière demi-heure était consacrée a des activités.

Le problème :
Mary n’était pas satisfaite du taux de réussite de ses élèves (40 a 50%). Elle remarquait qu’ils avaient du mal a apprendre et a comprendre de cette manière. Elle passait beaucoup de temps sur ses présentations PowerPoint, essayant d’y intégrer des animation élaborées parce que c’était a priori ce a quoi ses élèves répondaient le mieux.
Mary estimait qu’elle n’avait pas assez de temps pour repondre a toutes les questions de ses eleves durant les activites, pour faire realiser les experiences par les eleves eux-memes au lieu de simplement les leur montrer, ou encore pour aller en profondeur lorsqu’elle faisait travailler ses eleves sur des projets plus globaux.

La classe inversée de Mary :
Apres une formation sur la classe inversee a laquelle son proviseur lui avait demande d’assister, Mary a décidé de repenser ses cours de la manière suivante :
– transferer sur video la partie du cours contenant les bases et le vocabulaire essentiel
– inclure dans les activites ce que les eleves pouvaient deduire ou mettre en pratique par eux-memes.

Mary met ses vidéos sur Facebook, sur son site, et elle les grave sur DVD pour les élèves qui n’ont pas accès a internet. La plupart de ses élèves ont en effet soit accès a internet, soit a un lecteur DVD (en tant que tel, ou par la Xbox ou la Playstation). Pour ceux qui n’ont ni l’un ni l’autre, des ordinateurs sont disponibles au lycée pour les élèves. Mary envoie un SMS a ses élèves la veille du cours pour leur rappeler la vidéo qu’ils ont a regarder.

En début de cours, Mary commence par répondre aux questions des élèves. Elle leur donne ensuite un questionnaire très simple, soit par écrit, soit en utilisant des boitiers interactifs, pour vérifier l’acquisition du vocabulaire (et le visionnage des vidéos). Les élèves qui répondent correctement passent ensuite aux activités : souvent un projet, par exemple un modèle tridimensionnel a construire en petits groupes. Une fois le modèle construit, les élèves passent de groupe en groupe et se posent des questions mutuellement. Ces projets sont notes a l’aide d’une grille d’évaluation comprenant des critères précis (utilisation du vocabulaire, application de tel concept,…).

Le cours s’achève sur des questions similaires a celles de l’examen pour vérifier l’acquisition des concepts par les élèves.

Les élèves qui n’ont pas su répondre au test initial ne participent pas aux activités de groupes et ont des devoirs alternatifs a faire en classe, sur lesquels ils travaillent a l’aide de manuels. D’après Mary, les quelques élèves qui ne realisent pas ce travail preparatoire de visionnage des videos s’y mettent en trois sessions tout au plus, motives par l’attrait des activites de groupe qu’ils manquent s’ils ne le font pas.

Quels résultats ?
Mary n’a jamais eu autant d’élèves qui revenaient la voir pour lui dire qu’ils avaient compris, qu’ils étaient capables d’aider leurs frères et sœurs a l’école, qu’ils avaient reconnu tel mot dans les medias,..

Les quatre années précédant l’inversion de sa classe, Mary avait en moyenne un taux de réussite de 40 a 50% parmi ses élèves à l’examen, ce qui était déjà énorme pour un public aussi difficile. Depuis qu’elle a inverse sa classe, Mary a fait passer les tests a deux cohortes d’élèves. Le taux de réussite s’est situe a chaque fois entre 80 et 90%.

La conclusion de Mary
La classe inversée est très loin de se résumer aux vidéos. Au contraire, la clef de l’inversion réside selon elle dans la manière dont l’enseignant utilise son temps de classe. Pour elle, la classe inversée permet d’enseigner aux élèves à penser de manière critique et à résoudre des problèmes, une compétence cruciale dans la vie active.

Les conseils de Mary
Commencer petit, par inverser un sujet, celui contenant vos meilleures activités (par la leçon préférée !), puis un deuxième,… et ne pas vouloir être parfait des le début.

*les test standardises non gouvernementaux ACT ou SAT, qui sanctionnent la fin du secondaire et sont très souvent requis pour l’entrée a l’université par exemple.

Zach Cresswell, enseignant debutant en mathématiques en lycée (Etats-Unis)

Zach Cresswell est professeur de mathematiques a Mount Pleasant, une ville moyenne du Michigan. Zach enseigne depuis deux ans, et a inverse sa classe lors du troisième trimestre de sa première année, a la fin de l’annee scolaire 2012-2013.

Ses élèves:
Zach enseignait en 3eme (9 and 10th graders) les deux premiere annees, et a depuis l’annee derniere a des élèves de premiere qui sont plutot en avance sur les autres en mathematiques.

Avant la classe inversée :
Avant d’inverser sa classe, Zach faisait cours a ses élèves sur la base de lecons. En classe, a la fin de la lecon, les élèves commencaient a travailler sur des problemes, qu’ils finissaient chez eux en devoirs car le temps de cours etait trop court pour tout finir.

Le problème :
Zach trouvait que trop d’élèves passaient a travers les mailles du filet. Il avait note que plus il avait de temps disponible apres sa lecon pour travailler avec ses élèves et répondre a leurs questions en temps reel sur les problemes, mieux ils reussissaient.

La transition vers la classe inversee :
En cherchant a ameliorer son enseignement, Zach a notamment beaucoup discute avec son ancien professeur en mathematiques (Steve Kelly, qu’il qualifie lui-meme de « mentor ») qui etait passe a la classe inversee, et a decide d’essayer ce modele a son tour.

La classe inversée de Zach :
La premiere annee, Zach a simplement inverse le deroulement de son cours, en enregistrant ses lecons et en les mettant sur internet, et en faisant avec ses élèves en classe les devoirs qu’il donnait auparavant a la fin de la lecon. Malgré les ameliorations notables, Zach se trouvait toujours dans un environnement traditionnel ou le professeur transmet le savoir a ses élèves. Il trouvait que la question des differents rythmes pour ses élèves n’etait pas bien resolue. De plus, il souhaitait vraiment faire comprendre a ses élèves l’intérêt des mathematiques, et non la necessite d’avoir telle note au contrôle.

L’année d’après, il a décidé de collaborer avec Steve pour amener plus de pédagogie d’investigation dans son cours. Ils commencent donc maintenant chaque chapitre par une question générale d’exploration en demandant a leurs élèves de réfléchir aux outils dont ils vont avoir besoin pour y répondre. Le reste du chapitre se fait toujours sur la base de lecons filmees et disponibles en ligne, avec des problèmes a résoudre en classe, alternativement avec des seances d’investigation. Pour les problemes, Zach et Steve font appel aussi souvent que possible a l’investigation, se demandant pour chaque notion s’il est possible de la faire decouvrir par les élèves au lieu de la leur faire uniquement appliquer. A la fin du chapitre, ils reviennent a la question initiale pour la résoudre.

De plus, Zach et Steve ont incorpore a leur classe l’equivalent du « 20% de Google » qui permet aux élèves pendant trois ou quatre sessions de travailler sur le projet de leur choix relatif aux mathematiques.

Quels résultats ?
Zach estime qu’inverser sa classe, meme initialement de manière très basique, lui a permis de multiplier les contacts qu’il a avec ses élèves, et qu’il a de cette manière pu « raccrocher » des élèves qui sinon auraient ete perdus dans son cours.

En passant a la classe inversee couplee a une pedagogie d’investigation, Zach a de plus note que ses élèves devenaient plus autonomes, plus perseverants, et plus motives en mathematiques.

La conclusion de Zach
Zach insiste sur le fait que l’important dans la classe inversee ne sont pas les vidéos mais ce qui se fait en classe.

Les conseils de Zach
Inverser petit a petit, commencer par un chapitre, ne pas inverser l’annee entiere. Collaborer ! Zach insiste beaucoup sur le fait que ce qu’ils ont produit avec Steve est bien superieur a ce qu’ils auraient pu faire chacun de leur cote. Il conseille aussi de bien se documenter et de s’appuyer sur l’experience d’autres enseignants avant de se lancer.

Zach estime qu’avoir commence par une inversion classique l’a aide a passer a une inversion couplee a l’investigation.

Pour avoir une idee plus precise de ce que font Zach et Steve: http://slmpprecalc.weebly.com